Je favorise le Betting exchange ou bourse de paris pour mes paris esports

Je favorise le Betting exchange ou bourse de paris pour mes paris esports

Le betting exchange est une plateforme spécialisée qui permet l’échange de paris d’une façon anonyme entre les joueurs. Pour cette opération, le site prélève de commissions de 2% à 5% sur les gains que pourraient obtenir le joueur. Ce sont les parieurs aguerris qui prisent ce type de bet car il lui permet d’avoir plus de possibilités que le système classique que l’on trouve dans bon nombre de bookmakers en ligne. Pour l’info, cette méthode est interdite en Hexagone suite à la loi du 06 avril 2010.

Comment fonctionne cette stratégie ?

Betting-Exchange-paris-esports-egomedium.netLe fonctionnement de ce produit complexe est similaire à celui qu’on trouve chez les marchés de bourse. Les parieurs peuvent acheter des paris, ils les vendent ensuite à d’autres joueurs à des cotes qu’ils fixent eux-mêmes. Ce principe permet d’avoir de meilleures cotes que celles proposées par les sites de paris sportifs en ligne. En général, les cotes des betting exchange sont donc plus élevées que les paris simples. Le petit bémol c’est qu’il est impossible de le faire dans un pari multiple. Il existe trois types de betting exchange :

Back : dans cette possibilité, le parieur joue sur la victoire d’un joueur ou d’une équipe par exemple. Cela ne diffère pas d’un pari classique sauf qu’ici il joue sur une meilleure cote. Et c’est un autre parieur qui propose cette cote tout en limitant la somme qu’on peut miser. Rappelons que la somme que prélève le bookmaker lors de pertes ou de gains est moins élevée que celle des bookmakers classiques.

Le lay : Le parieur joue ici le rôle du bookmaker. Il propose les cotes de l’issue d’une rencontre qu’il juge impossible (soit la victoire d’une équipe ou d’un joueur, soit sa défaite ou une éventualité de match nul).

Le lay Surebet : Le surebet en direct peut se faire sur les sites de Betting Exchange. Ici, pour sortir gagnant, il faut renforcer l’issue d’une compétition quand elle est au plus haute et la layer quand elle descend au plus bas. Et cela ne dépend pas du placement en premier du back ou de lay.

Voici un exemple concret pour illustrer le betting exchange. Dans un match entre Nice et l’Olympique de Marseille, un parieur veut miser 40 euros sur Marseille. Sur le bookmaker, il voit son offre de cote de son équipe gagnante à 1,5. Sur le marché de betting exchange, il s’aperçoit qu’un parieur propose 2,3 pour ce résultat. En cas de victoire de Marseille, il gagne ainsi 40×2.3 = 92 euros au lieu de 40×1.5=60 euros. En cas de défaite de Marseille, il perd ses 40 euros. Ainsi, la perte est la même que ce qu’il a eu s’il a parié chez le bookmaker. A noter que sur chaque transaction, il doit régler la commission du site sur lequel il joue.

Pourquoi cette méthode est-elle interdite en France ?

Les autorités françaises estiment un risque de dépendance aux jeux d’argent ainsi que des risques financiers pour le parieur avec cette méthode. En outre, la fiscalité des échanges et le taux de reversement aux joueurs sont assez difficiles à instaurer avec cette méthode. Cela favorise ainsi une concurrence déloyale entre les bookmakers et les marchés de betting exchange, mais qui sera un succès d’après cet internaute.

Les commentaires sont clos.